Qu’ont en commun les entreprises APN, Mesotech, Second Clothing (Yoga Jeans), Groupe Meloche et Maison Marie Saint Pierre? Elles ont toutes participé à la première mouture du programme PME 2.0, dont elles ont tiré des bénéfices concrets.

Que ce soit pour mieux planifier vos prochains investissements dans les technologies de l’information et de la communication (TIC) ou pour sélectionner la solution numérique qui vous convient le mieux, le programme PME 2.0 du CEFRIO peut aider votre entreprise. Le CEFRIO est mandaté par le gouvernement du Québec pour accompagner les entreprises et les organisations publiques et privées dans la transformation de leurs processus et pratiques d’affaires par le numérique. Dans le cas de ce programme, le CEFRIO fédère des experts comme ceux de Productique Québec et coordonne des offres d’accompagnement gratuites et adaptées aux profils et aux projets des entreprises.

Vous souhaitez mieux faire avec les technologies et faire fructifier vos investissements ? Profitez de ce programme qui aidera votre entreprise à demeurer concurrentielle. Consultez le site de PME 2.0 pour vous inscrire ou pour en apprendre davantage sur les outils disponibles. Sur le site, vous pouvez notamment déterminer le profil de votre PME et découvrir les six clés pour implanter le numérique dans votre entreprise.

Partager cet article :

Grand succès de notre activité du 14 mars

Le lundi 14 mars dernier a eu lieu au Campus de l’UQTR de Drummondville un atelier portant sur le concept Industrie 4.0. Plus de 50 personnes furent réunies pour entendre MM Gilles Charron et Peter Freier parler des défis et opportunités qu’offre Industrie 4.0 aux PME manufacturières. Nous tenons à souligner le support du Ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation pour l’organisation de cet événement. Un merci tout spécial à M Peter Freier, Attaché commercial, science et technologie à la Délégation générale du Québec à Munich pour son excellente présentation des opportunités offertes en Allemagne pour les entreprises québécoises. 

 

industrie4.0

Dans l’ordre habituel :

Mme France Garon, Direction du développement des entreprises, MEIE

Mme Magdalena Planeta, Direction des partenariats internationaux, secteur de l’innovation, MEIE

M Peter Freier, Attaché commercial, science et technologie, Délégation générale du Québec à Munich

Mme Inji Yaghmour, Direction des partenariats internationaux, pupitre Allemagne, MEIE

M Gilles Charron, Centre de productique intégrée du Québec

Mme Mona Moudallal, Direction du développement des entreprises, MEIE

M Christian Bégin, Direction du développement des entreprises, MEIE

M Sébastien Houle, Centre de productique intégrée du Québec

Partager cet article :

Sherbrooke, mars 2016 

À la fin 2015, nous avons fait une entrevue avec un journaliste du MacLean’s concernant le concept des CCTT. A cette occasion, il avait rencontré Mr. Gilles Charron, directeur des ventes ainsi que Jacque Goupil, stagiaire en informatique. Nous sommes très heureux de partager avec vous cet extrait du guide 2016 des collèges de MacLean’s où l’on parle de nous. (Page 111)

Vous pouvez consulter l’article ici (en anglais)

Partager cet article :

Qu’est-ce que l’industrie nous réserve? 

Accompagnez le CPIQ à la Hannover Messe en Allemagne du 25 au 29 avril 2016 et découvrez-le!

La Hannover Messe est le plus grand salon de la technologie industrielle au monde. Depuis la première édition en 1947, l’événement s’est construit une solide réputation en rassemblant chaque printemps tous les thèmes clés de la chaîne de valeur ajoutée industrielle. 

Contactez-nous pour plus d’informations!

Consultez le site de l’événement.

Téléchargez l’image ci-dessous.

one_pager_hannover_mess_vert

Partager cet article :

Entreprise : 

Masonite division Portes Lemieux – Fabrication de portes en bois sur mesures

Problématique :

Portes Lemieux utilise le logiciel BiesseNest pour optimiser la découpe des pièces dans des panneaux de différentes matières et dimensions. La matière résiduelle non récupérable est un rebut difficile à manipuler. Pour l’opérateur, les efforts constants et répétitifs de la découpe manuelle ainsi que la manutention des rebuts, sont considérés comme étant des tâches à risque sur le plan de la santé et de la sécurité.

Objectif principal :

Ajouter à l’imbrication, selon des critères configurables, des coupes de restants réutilisables et/ou des coupes de rebuts facilement manipulables.

Solution :

Un traitement automatisé post imbrication qui analyse chaque fichier d’imbrication pour capturer les positions des pièces et les caractéristiques des panneaux et des outils. Le fichier est alors modifié par ajout de variables et de blocs de codes pour obtenir les découpes nécessaires.

Actions entreprises :

  • Analyse des besoins du client.
  • Valider si la solution pouvait être offerte par le support de Biesse.
  • Analyse des fichiers d’imbrications.
  • Création des différentes commandes de découpes.
  • Création des blocs décisionnels pour obtenir entre 0 et 2 découpes de restants ou rebuts.
  • Développement de l’application de traitement automatisé.
  • Tests, implantation et validation dans l’entreprise.

Résultats obtenus :

  • Santé et sécurité : Amélioration des conditions de travail des opérateurs.
    • Rebuts moins dangereux et fatigants à manipuler.
    • Rebuts moins volumineux adaptés aux bennes à rebuts.
    • Élimination des opérations de scie manuelle.
  • Gain de temps, pour les opérateurs, à la découpe des panneaux.
  • Récupération des retailles selon les paramètres de l’application.
image_masonite_porteslemieux

 

Partager cet article :

Entreprise : 

Produits Gilbert

Problématique : 

Les entreprises possèdent des machines CNC et n’ont aucune donnée en rapport avec l’efficacité d’utilisation des machines ainsi que la façon dont elles sont opérées.

Objectif principal : 

Identifier les paramètres des machines CNC du client qui peuvent être suivis en temps réel, les organiser et les afficher afin de les rendre utiles à la prise de décision.

Solution : 

Explorer les possibilités de communication temps réel avec les machines CNC du client, identifier les paramètres disponibles et pertinents pour assurer le suivi, faire la cueillette des données puis les traiter et les sauvegarder afin de permettre un accès temps réel ou historique.

Actions entreprises : 

  • Explorer le protocole MTConnect pour la communication avec les CNC Mazak.
  • Explorer le kit de développement pour les CNC Heidenhain.
  • Gérer la communication et les connexions avec ces 2 types de machine.
  • Faire l’acquisition des états de la machine (marche, arrêt, pause, alarme) et de ses modes d’opération (manuel, automatique, MDI, pas à pas, etc.) et les sauvegarder.
  • Afficher les données pour assurer un suivi quotidien et historique du fonctionnement et de l’opération des machines.

Résultats obtenus : 

  • Une application a été développée pour la communication avec les CNC Mazak
  • Une application a été développée pour la communication avec les CNC Heidenhain.
  • Une interface pour l’affichage texte des données du fonctionnement quotidien de chaque CNC.
  • Un affichage graphique qui permet le suivi quotidien temps réel de toutes les machines.
  • Un affichage graphique qui permet le suivi historique quotidien de la machine sélectionnée pour la période spécifiée.
  • Un affichage graphique qui permet le suivi historique de toutes les machines pour la période spécifiée.

 

statuts_des_machines

 

Partager cet article :

Entreprise : 

nXStream Technologies Inc.

Problématique : 

On retrouve sur le marché plusieurs fabricants de systèmes de localisation en temps réel (RTLS). Globalement, ces systèmes permettent de localiser et de surveiller à l’intérieur d’un bâtiment du matériel et des personnes. Cependant, on connaît peu de choses en rapport avec les possibilités et les limites de ces systèmes, surtout lorsqu’ils sont utilisés dans un environnement de production.

Objectif principal : 

Explorer les possibilités et les limites des systèmes de localisation en temps réel (RTLS), dépendant de leur technologie, comme un moyen pour suivre et améliorer la gestion de la production des petites entreprises.

Solution : 

Évaluer l’approche de 3 systèmes différents en rapport avec les possibilités qu’ils offrent, leur contexte d’application et les limites. Il y a deux grandes approches : l’approche de localisation par puces appliquées sur les objets qu’on veut suivre et la localisation par puce fixée dans un secteur ou une pièce.

Actions entreprises : 

  • Installation et tests des possibilités d’un système Purelink qui utilise principalement la technologie de triangulation pour la localisation.
  • Installation et tests des possibilités d’un système Ubisense qui utilise une technologie de localisation en fonction de l’angle d’arrivée du signal et d’un système d’élimination des signaux réfléchis.
  • Démonstration des possibilités d’un système de localisation par détection de puces fixées à des endroits précis.
  • Évaluation des possibilités de surveillance et d’automatisation à partir de ces systèmes.

Résultats obtenus : 

  • Le système Purelink est principalement conçu pour fonctionner dans de vastes espaces et offre très peu de précision pour la localisation. De plus si le signal doit traverser un obstacle ou des murs, l’imprécision est encore plus grande.
  • Le système Ubisense offre une bonne polyvalence et une bonne précision. Il peut s’adapter autant au petit qu’au grand espace. C’est le meilleur système pour suivre des déplacements d’objets ou de personnes et pour faire de la localisation.
  • Le système Ubisense est bien adapté pour faire de la surveillance de zones (pour des besoins de sécurité par exemple).
  • Le système Ubisense peut bien s’intégrer dans une application d’automatisation.
  • Selon les tests de précision effectués, un système Ubisense serait bien adapté pour suivre le déplacement de palettes entre différents postes dans un espace de production.
  • Les systèmes de localisation par puces fixes sont principalement intéressants pour la localisation par pièce d’un bâtiment ou par poste sur un plancher de production.
Partager cet article :

Entreprise : Giguère & Morin

Problématique : La programmation des équipements CNC demande beaucoup de temps et une constante concentration, le pourcentage de pièces non-conformes relatif à cette tâche est trop élevé. Le temps de réglage des équipements CNC est trop long. 

Objectif principal : Diminuer le temps de programmation, le temps de réglages et les non-conformités.

Solution : Développer dans le logiciel de programmation une interface de saisie de la commande simple à utiliser. Générer les programmes CNC d’un simple clic à partir de cette interface. Produire des programmes code G très rapidement, et ce, par forme et par les machines les mieux adaptées aux caractéristiques des produits fabriqués.

Actions entreprises : 

1. Standardiser l’outillage et les techniques d’usinage des équipements CNC.
2. Développer des macros pour permettre une programmation automatisée paramétrique dans le logiciel de FAO.

a) Produire des programmes code G optimal ne nécessitant aucune modification lors de l’usinage.
b) Développer une fonction pour générer automatiquement un fichier .dxf utilisé par le projecteur laser qui fournira l’emplacement exact des soutiens (pods).

3. Adapter les générateurs de programmes aux nouvelles macros.
4. Développer une librairie d’outils standards par équipement CNC.

Résultats obtenus :

  • Diminution de 95 % du temps de programmation.
  • Diminution des non-conformités.
  • Diminution de 75 % du temps des réglages des équipements CNC.
  • Augmentation de la qualité du fini de surface des contours.
  • Programme CNC bon du premier coup à tous les coups.
  • Diminution de la manutention due à l’intégration de l’opération de sablage sur les centres d’usinage plutôt que sur la sableuse 5 axes.
programmation_automatisee

 

Partager cet article :

Entreprise : GEA Houle Farm Technologies

Problématique : Le temps de réglage et de mise en course pour la découpe est trop long. Il y a plusieurs opérateurs sur deux types d’utilisation de procédés (ne sont pas certains d’avoir les bonnes pratiques).

Objectif principal : Améliorer la productivité des découpeuses. Avoir des recommandations pour améliorer la programmation et l’opération des découpeuses.  

Solution : Procéder à un diagnostic détaillé étape par étape du processus pour la découpe du métal en feuille. Détecter les points forts et points faibles, émettre des suggestions et recommandations.

Actions entreprises : 

  1. Effectuer des rencontres avec les différentes ressources de l’entreprise qui ont un lien avec le processus de découpe du métal en feuille (dessinateurs, programmeurs, contremaître, opérateurs).
  2. Compiler les informations recueillies. 
  3. Cibler les forces et les faiblesses de processus.
  4. Émettre un rapport de suggestions et de recommandations. 

Résultats obtenus : 

  • Le client connaît ses points forts et ses points faibles : il peut établir ses priorités d’amélioration d’une façon plus précise.
  • Prise de décisions pour améliorer sa productivité deux fois plus rapide.
Gea
Partager cet article :